ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue de Médecine Périnatale

1965-0833
Organe d'expression de la Société française de médecine périnatale et de la Fédération française des réseaux de santé périnatale
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2009 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 5/1 - 2013  - pp.36-42  - doi:10.1007/s12611-013-0229-5
TITRE
Impact psychologique à long terme d’une hémorragie sévère du postpartum

TITLE
Long-term psychological impact of severe postpartum hemorrhage

RÉSUMÉ

Le but de notre étude était d’estimer l’impact psychologique à long terme d’une hémorragie du post-partum (HPP). Cette étude était rétrospective et incluait toutes les patientes ayant subi une embolisation pour HPP et dont l’utérus avait pu être préservé entre 1994 et 2007 au sein du CHU de Rouen. Les données étaient répertoriées à partir du dossier médical et d’entretiens téléphoniques semistructurés. Durant ces entretiens, les patientes étaient interrogées sur la perception et les souvenirs qu’elles avaient de cette expérience. Soixante-huit des 91 patientes incluses (74,7 %) ont répondu à l’entretien téléphonique. Parmi les 46 patientes qui exprimaient un vécu douloureux de l’accouchement et du post-partum, le principal souvenir qu’elles en ont était la peur de mourir pour 24 d’entre elles (35,3 %). Parmi les 28 patientes (41,2 %) estimant avoir des répercussions à distance, 16 patientes (23,5 %) repensaient régulièrement à cet épisode (au moins une fois par mois). Concernant le vécu des grossesses ultérieures, celles-ci ont été marquées par des difficultés psychologiques chez 9 (60 %) des 15 patientes ayant mené une grossesse à terme. Notre étude suggère donc que l’HPP sévère peut avoir un impact psychologique à long terme sur les patientes même en cas de conservation utérine.



ABSTRACT

The objective of our retrospective study was to estimate the long-term psychological impact of severe postpartum hemorrhage in women whose uterus was preserved. All consecutive women who underwent embolization for postpartum hemorrhage between 1994 and 2007 and whose uterus was preserved were included. Data were retrieved from medical files and semi-structured telephone interviews. In semi-structured interviews, women were asked about their perceptions and memories of the experience. Follow-up was successful for 68 of the 91 (74.7%) women included. Of the 46 (67.6%) who reported negative memories of the delivery and postpartum period, the main memory for 24 was a fear of dying (35.3%). Of the 28 (41.2%) who reported continued repercussions, 16 (23.5%) thought about this delivery and its complications at least once a month. Of the 15 women who had a subsequent full-term pregnancy, 9 (60%) reported intense anxiety throughout the pregnancy, and 1 (6.7%) developed depression requiring antidepressant treatment during pregnancy. Our study implies that severe postpartum hemorrhage can be at the origin of long-term psychological impact even if the uterus is preserved.



AUTEUR(S)
P.-E. BOUET, A. GROMEZ, V. COMBAUD, P. DESCAMPS, L. SENTILHES

Reçu le 28 novembre 2012.    Accepté le 12 février 2013.

MOTS-CLÉS
Embolisation artérielle pelvienne, Hémorragie du post-partum, Impact psychologique, Dépression

KEYWORDS
Pelvic arterial embolization, Postpartum hemorrhage, Psychological impact, Depression

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (117 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier