ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue de Médecine Périnatale

1965-0833
Organe d'expression de la Société française de médecine périnatale et de la Fédération française des réseaux de santé périnatale
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2009 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 5/1 - 2013  - pp.49-57  - doi:10.1007/s12611-013-0222-4
TITRE
Impact des soins par la méthode kangourou appliquée aux prématurés dans la prévention de l’infection nosocomiale : expérience de l’unité kangourou du service de néonatalogie du CHU Mustapha, Alger

TITLE
The impact of the care by the kangaroo method applied to premature infants on the prevention of the nosocomial infection: Experience of kangaroo unit, neonatology department at CHU Mustapha, Algiers

RÉSUMÉ

Le but de cet article est d’analyser les effets des soins par la méthode kangourou appliquée aux prématurés sur la prévention de l’infection nosocomiale.

L’unité « mère kangourou » mise en place en 2004 en maternité était contiguë au service de néonatalogie. Ses deux principales composantes sont le contact peau à peau et l’allaitement. C’est une étude d’observation d’une seule variable représentée par la survenue d’une infection nosocomiale au décours de l’hospitalisation des prématurés en unité kangourou du 26 avril 2004 au 31 décembre 2010. Nous avons pris en considération certains facteurs classiques susceptibles d’intervenir dans la survenue d’une infection nosocomiale à savoir: l’âge gestationnel à la naissance et à l’admission en unité kangourou, le poids de naissance, le mode d’accouchement, le type de naissance, la durée d’hospitalisation supérieure à 48 heures, le mode d’alimentation et l’environnement hospitalier. Nous n’avons pas institué de mesures particulières pour prévenir l’infection nosocomiale en dehors du lavage des mains et l’interdiction aux visiteurs d’accéder à l’unité.

Pendant la période du 26 avril 2004 au 31 décembre 2010, nous avons admis 674 nouveau-nés de moins de 2 000 g. L’effectif retenu et observé est de 636 dossiers de nouveau-nés toujours prématurés à l’admission en unité kangourou et pesant moins de 2 000 g. Les prématurés de moins de 33 SA représentaient 16 % avec une médiane à 31 semaines dans ce groupe et 345/7 SA pour les plus de 33 SA. Le poids médian à l’admission en unité kangourou était de 1 220 g pour les prématurés de moins de 1 500 g (59,74 %) et de 1 555 g pour ceux de plus de 1 500 g (40,23 %). L’âge postnatal à l’admission était de 15,5 jours (3–42). Dans la très grande majorité des cas (95 %), notre effectif a été recruté après un séjour en soins conventionnels pour des pathologies représentées par les complications classiques de la prématurité. Dans les deux tiers des cas (70,5 %), on a eu recours à une prescription d’antibiotiques, qui a été poursuivie dans moins de 5 % des cas en unité kangourou pour une durée ne dépassant pas trois jours. Dans notre population observée, aucun signe clinique pouvant évoquer une infection n’a été constaté. Ainsi, aucun enfant ne s’est vu prescrire d’antibiotiques après le début de leur prise en charge en unité kangourou dont la durée moyenne de leur séjour était de 11 jours.

L’impact des soins par la méthode kangourou dans la prévention de l’infection nosocomiale apparaît, chez nos prématurés, comme une stratégie efficace. Cette méthode qui associe à la fois la disponibilité du lait maternel et l’effet « antistress » du peau à peau devrait faire l’objet de travaux supplémentaires.



ABSTRACT

The aim of this paper is to analyze the kangaroo care method on the prevention of the nosocomial infection when applied to the premature.

The unit “kangaroo mother care,” set in place in 2004 in the maternity department was located next to the neonatal service. The two main components are the skin contact and the breast feeding. The study consists in the observation of a single variable depicted by the raise of a nosocomial infection while the premature infant is staying in the kangaroo unit in the hospital from 26 April 2004 to 31 December 2010. The used covariates that intervene in nosocomial infections are: gestational age at birth, the delivery mode, the birth type, duration of stay at hospital longer than 48 hours, the feeding way, and the hospital environment.We have not instituted particular measures to prevent the nosocomial infection apart the regular hand wash and the prohibition for visitors to access the unit.

During the period between 26 April 2004 to 31 December 2010, 674 neonates less than 2,000 g were admitted. The workforce retained is 636 cases and all of this patients still continnue to be premature newborns while admitted to the kangaroo unit and their weight was less than 2,000 grams. Premature infants of less than 33 weeks accounted for 16 percent with a median of 31weeks in this group and 34 5/7 weeks for those more than 33 weeks. The median weight at the admission to the kangaroo unit was 1220 g for premature infants less than 1500 g (59.74%) and 1555 g for those over 1500 g (40.23%). The post-natal age in the admission was 15.5 days (3–42). In the vast majority of cases (95%) our workforce came after a stay in conventional care because of the usual complications of the premature. For two-third of the cases (70.5%), antibiotics were prescribed. However, only a few (less than 5%) continued these antibiotics in the kangaroo unit for a period not exceeding 3 days. We did not observe any infection in our study population during its stay in the kangaroo unit, whose average length was 11 days, and no antibiotics were prescribed.

The impact of the care by the kangaroo method in preventing nosocomial infections appears effective in our survey population. This method that associates at the same time the maternal milk and the “anti-stress effects” of the skin to skin contact, should be the object of further studies.



AUTEUR(S)
D. LEBANE, H. ARFI

Reçu le 3 août 2012.    Accepté le 12 décembre 2012.

MOTS-CLÉS
Prématuré, Méthode kangourou, Infection nosocomiale, Stress, Lait maternel

KEYWORDS
Premature, Kangaroo method, Nosocomial infection, Stress, Breast milk

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (212 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier