ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue de Médecine Périnatale

1965-0833
Organe d'expression de la Société française de médecine périnatale et de la Fédération française des réseaux de santé périnatale
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2009 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 4/3 - 2012  - pp.105-108  - doi:10.1007/s12611-012-0196-2
TITRE
Conséquences obstétricales de l’ALR pour l’analgésie du travail

TITLE
Labour analgesia and obstetrical and outcomes

RÉSUMÉ

L’analgésie locorégionale (ALR) neuraxiale pour le travail obstétrical a définitivement fait la preuve de sa supériorité sur l’ensemble des autres techniques d’analgésie (morphiniques par voie systémique, protoxyde d’azote, halogénés ou combinés) en terme d’efficacité, de satisfaction maternelle et de bien-être foetal et néonatal. Les obstétriciens et les pédiatres ont parfois accusé ces techniques, sous toutes leurs formes (péridurale, rachianalgésie, périrachi combinée), d’avoir des conséquences néfastes sur la conduite du travail. Les études d’impact (avant/après), comme les études randomisées contrôlées, réunies maintenant en métaanalyse, ont pourtant établi de manière indiscutable que l’analgésie locorégionale n’augmente pas le taux de césarienne, même quand elle est initiée au tout début du travail, qu’elle allonge un peu la durée de la deuxième partie du travail, qu’elle augmente probablement un peu le recours aux extractions instrumentales, et qu’elle n’est en rien associée à la survenue d’hémorragies du postpartum. Si on ajoute alors qu’elle constitue en plus un élément de sécurité maternelle en évitant de recourir à l’anesthésie générale dans des conditions parfois difficiles, l’ALR ne doit plus constituer une crainte pour les obstétriciens ou les pédiatres, mais bien une technique sûre et efficace à mettre en place pour toute parturiente qui le désire, y compris en tout début de travail.



ABSTRACT

Loco-regional analgesic techniques are the gold standards for pain relief during labour and delivery. Despite their increased use and known benefits, significant controversy remains regarding the impact of neuraxial analgesia on labour outcomes. Impact studies as well as randomized studies have now clearly demonstrated that effective neuraxial labour analgesia does not increase the rate of caesarean section, even when administered very early in the course of labour. Its use is associated with a prolonged second stage of labour. Effective second-stage analgesia might also be associated with an increased rate of instrumental vaginal delivery. Altogether, neuraxial analgesia can be performed to all parturient according to best practice and respect of very rare contra-indication, without significant consequence on labour and obstetrical outcomes.



AUTEUR(S)
E. MORAU, T. RACKELBOOM, A. MIGNON

Reçu le 18 août 2012.    Accepté le 23 août 2012.

MOTS-CLÉS
Analgésie obstétricale, Péridurale, Rachipéridurale combinée, Travail obstétrical, Césarienne

KEYWORDS
Analgesia, Obstetric, Analgesic techniques, Epidural, Subarachnoid, Obstetric, Caesarean section

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (84 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier