ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue de Médecine Périnatale

1965-0833
Organe d'expression de la Société française de médecine périnatale et de la Fédération française des réseaux de santé périnatale
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2009 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 3/3 - 2011  - pp.141-147  - doi:10.1007/s12611-011-0116-x
TITRE
Césarienne, allaitement et douleur

TITLE
Caesarean section, breastfeeding and pain

RÉSUMÉ

L’accouchement par césarienne concerne un nombre croissant de femmes. Ce mode d’accouchement conserve un impact négatif sur l’allaitement, malgré l’évolution des pratiques chirurgicales et anesthésiques. Parmi les facteurs explicatifs, la douleur pourrait être un frein à l’allaitement. La douleur aiguë en suite de césarienne est également responsable de douleurs chroniques et de dépressions dans les mois qui suivent. La prise en charge de la douleur est donc une composante importante de la réhabilitation après une césarienne. Une prise en charge optimale repose sur une association d’antalgiques de différents paliers : paracétamol, AINS et morphiniques. Aucun antalgique n’est formellement contre-indiqué avec l’allaitement, bien que tous soient excrétés dans le lait : le paracétamol est détecté à des doses inférieures à celles utilisées en pédiatrie, les AINS, fortement liés aux protéines plasmatiques, diffusent très peu dans le lait. Les antalgiques de pallier II sont les plus controversés car liés au métabolisme des cytochromes et transformés en métabolites actifs, ils peuvent être à l’origine de surdosage chez la mère et l’enfant. La morphine administrée par voie périmédullaire lors de la césarienne permet d’obtenir une analgésie efficace, de diminuer l’usage de morphiniques par voie parentérale ou orale et donc le passage dans le lait. Utilisée sur une courte période, l’analgésie multimodale doit être proposée après un accouchement par césarienne et est compatible, voire favorable, à un allaitement de qualité.



ABSTRACT

Caesarean section is an increasingly common mode of delivery. Despite improvements in both surgical and anaesthetic techniques, this method of delivery still has a negative effect on breastfeeding. Postoperative pain could be a reason. Acute postoperative pain leads to chronic pain and depression. Postoperative pain management is an important part of postoperative care of the caesarean patient. The multimodal approach, which is currently the “state of the art”, relies on a combination of analgesic drugs: acetaminophen, NSAID, and opioids. Theoretically, all analgesic drugs can be used during breastfeeding despite their transfer into breast milk: neonatal acetaminophen concentrations are lower than those used as paediatric medication. NSAIDs are highly protein bound and are less likely to enter into breast milk. Codeine and other analgesic drugs with CYP2D6 metabolism are more controversial because of the unpredictable risk of serious adverse effects in both mother and infant. Spinal and epidural morphine, used as a perioperative painkiller, is effective and decreases the risk of transfer into breast milk. Effective pain relief with a multimodal approach during the first few days after a caesarean section should be highly recommended and could improve breastfeeding.



AUTEUR(S)
E. MORAU, A. BONNAL, P. DERAS

Reçu le 4 avril 2011.    Accepté le 4 juillet 2011.

MOTS-CLÉS
Allaitement, Douleur, Césarienne, Péridurale, Analgésie multimodale, Antalgiques, Accouchement

KEYWORDS
Breastfeeding, pain, Caesarean section, Epidural anaesthesia, Multimodal approach to pain management, Analgesics, Delivery

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (110 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier