ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue de Médecine Périnatale

1965-0833
Organe d'expression de la Société française de médecine périnatale et de la Fédération française des réseaux de santé périnatale
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2009 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 2/1 - 2010  - pp.19-25  - doi:10.1007/s12611-009-0047-y
TITRE
Placenta accreta: fréquence, diagnostic prénatal, prise en charge

TITLE
Placenta accreta: frequency, prenatal diagnosis, and management

RÉSUMÉ

En quelques décennies, l’incidence des placentas accretas s’est considérablement majorée (1/2 000–2 500 naissances environ). Cette augmentation est corrélée à l’augmentation du taux de césarienne dans les 30 dernières années. L’échographie 2D est un examen utile pour le diagnostic des placentas accretas. Le critère échographique le plus performant est les lacunes intraplacentaires. L’absence isolée d’un liseré hypoéchogène entre le placenta et le myomètre a une faible sensibilité et valeur prédictive positive. Le doppler énergie en 3D est un outil utile en complément de l’échographie 2D. La présence d’au moins deux critères échographiques permet d’augmenter la performance de l’échographie 2D ou 3D et de diminuer le nombre de faux-positifs. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) chez les patientes dont l’échographie 2D suspecte un placenta accreta permet d’améliorer la performance diagnostique de cette dernière. En cas de diagnostic prénatal de placenta accreta, la méthode extirpative doit être aujourd’hui abandonnée. Les avantages et inconvénients de la césarienne-hystérectomie et du traitement conservateur seront clairement exposés à la patiente et au conjoint, qui doivent être impliqués dans l’option choisie. Dans l’état actuel des connaissances, il semble raisonnable de proposer une césarienne-hystérectomie si la patiente n’a plus de désir de grossesse, à un âge avancé et est multipare. Par contre, si la patiente a un désir de grossesse, est jeune et nulli- ou primipare, un traitement conservateur sera proposé. Dans les rares situations de placenta percreta avec invasion vésicale, il semble raisonnable de privilégier le traitement conservateur.



ABSTRACT

In the last 30 years, incidence of placenta accreta has dramatically increased to reach an alarming rate of less than 1 in 2500 deliveries. The rate of placenta accreta increased in conjunction with cesarean deliveries. 2D-ultrasonography is an useful tool to diagnose placenta accreta. The most reliable sign is the presence of abnormal placental. The lack of visualization of the echolucent area between the placenta and the myometrium with no other ultrasound finding has a poor sensitivity and positive predictive value. 3D power Doppler is useful in increasing the diagnostic performance of 2D-ultrasonography. The presence of at least two ultrasound findings decreases the number of false-positive diagnosis and increases the performance of both 2D-ultrasonography and 3D power Doppler. Magnetic resonance imaging in cases with inconclusive ultrasound features optimizes diagnostic accuracy. In the cases of prenatal diagnosis of placenta accreta, extirpative method should be to date abandoned. Advantages and disadvantages of both cesarean-hysterectomy and conservative treatment should be clearly explained to the patient and her partner, who have to be involved in the decision process. Currently, it seems to be reasonable to suggest a cesarean-hysterectomy to multiparous patients with no desire for future pregnancy. In young patients with desire for future pregnancy, conservative treatment should be preferred. When placenta accreta is diagnosed during the delivery, the two options remain possible only if the attempts for the removal of placenta stop before the occurrence of a postpartum hemorrhage. In the cases of placenta percreta with bladder involvement, conservative treatment may be the optimal management.



AUTEUR(S)
L. SENTILHES, C. AMBROSELLI, G. KAYEM, F. BOUSSION, B. DELORME, P. GILLARD, L. CATALA, A. FOURNIÉ, P. DESCAMPS

Reçu le 19 septembre 2009.    Accepté le 30 septembre 2009.

MOTS-CLÉS
Placenta accreta ou percreta, Échographie et doppler, Imagerie par résonance magnétique (IRM), Césarienne-hystérectomie, Traitement conservateur

KEYWORDS
Placenta accreta ou percreta, Ultrasonography, Doppler, Magnetic resonance imaging, Conservative treatment

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (116 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier