ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue de Médecine Périnatale

1965-0833
Organe d'expression de la Société française de médecine périnatale et de la Fédération française des réseaux de santé périnatale
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2009 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 7/1 - 2015  - pp.1-1  - doi:10.1007/s12611-015-0316-x
TITRE
Éditorial

TITLE
Editorial

RÉSUMÉ

Au cours des 30 dernières années, le taux de grossesses multiples a considérablement augmenté dans les pays développés, en raison du vieillissement des femmes lors de leur première grossesse d’une part, et du recours aux techniques de procréation médicalement assistée d’autre part. On note cependant, entre les deux enquêtes périnatales françaises de 2003 et 2010, une certaine stabilisation de cette augmentation (respectivement 3,4 % et 3,1 %). La gémellité est associée à davantage de complications sur le plan fœtal (malformation, prématurité, retard de croissance) à l’origine d’une morbidité et mortalité périnatales accrues. Ce dossier s’est intéressé aux situations particulières où l’un des deux jumeaux se retrouve dans une situation péjorative par rapport à son co-jumeau, que ce soit pendant la période prénatale ou après la naissance. Ces situations sont difficiles à gérer, tant pour l’équipe médicale que pour les parents, car il peut y avoir conflit d’intérêt entre les deux enfants. Certaines de ces situations aboutissent à la mort d’un des jumeaux.

Une des situations qui illustre le mieux le conflit entre les jumeaux est le syndrome transfuseur-transfusé. Les RPC de 2009 ont souligné l’importance du suivi particulier des grossesses monochoriales en raison du risque de survenue de ce syndrome. Sa prise en charge par fœtoscopie-laser a radicalement changé le pronostic, mais ne cesse d’évoluer comme nous l’explique M-V. Senat. Dans de rares cas, une interruption sélective de l’un des deux jumeaux est réalisée ; N. Sananes en précise les indications et les modalités en fonction du type de grossesse gémellaire. Mais, dans certaines situations, les couples optent pour des soins palliatifs à la naissance plutôt qu’une interruption médicale sélective. P. Betremieux nous montre que cette pratique permet d’établir un lien mère-enfant, ce qui pourrait favoriser le travail de deuil ultérieur. L’article de R. Arlettaz-Mieth expose les situations où l’état clinique et l’évolution en période néonatale des jumeaux sont différents. S. Staraci, enfin, nous montre que le décès d’un jumeau, par rapport au décès d’une grossesse unique, est singulier aussi bien pour les parents que pour le jumeau survivant.



AUTEUR(S)
B. LANGER, D. MITANCHEZ

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (76 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier